•  

     

    Le Jargon Policier de A à Z

      Chaque profession, chaque métier possède en propre un ensemble de mots plus ou moins important qui constitue la terminologie de l'activité concernée. La Police n'échappe pas à la règle et a inventé son propre parler, qui est par ailleurs caractérisé par une grande richesse lexicale.   La police a inventé son propre jargon, à partir principalement, de l'argot. L'argot étant le langage des voyous et des militaires, la Police adoptait en partie l'argot, car elle voulait comprendre et parler le langage de ceux qu'elle pourchassait.  
     
    Le parler policier est imagé, il a, aussi, emprunté des mots à diverses langues (notamment l'anglais) en ce qui concerne l'argot actuel. On notera, que le policier privilégie l'apocope qui, par sa concision permet de rendre la terminologie juridique et administrative moins pesante au quotidien, s'est ainsi que l'on trouve de nombreux mots tronqués dans le jargon policier.
     
    Le dictionnaire de l'Académie Française définit l'argot comme suit :

     
    ARGOT. n. m. Langage de convention dont se servent entre eux les malfaiteurs. L'argot des rôdeurs de barrière se renouvelle sans cesse. Le poète Villon nous a transmis des termes d'argot du XVe siècle.
     

    Il se dit, par extension, des Mots et tours particuliers qu'adoptent entre eux ceux qui exercent la même profession ou vivent dans un même milieu social. L'argot des peintres, des écoliers. L'argot des coulisses. L'argot de la bourse.

     

     
    De A à Z
     
     

    - Accordéon : casier judiciaire.


    - Accoucher  : avouer.

    - Accrocher : accumuler des preuves justifiant d'engager une procédure.

    - Acte : il s'agit d'un procès-verbal. Ex : Tu penseras à me faire un acte à l'issue de ton enquête de voisinage.

    - A
    ctes d'enquête : ils regroupent les procès-verbaux de la procédure. Ex : les perquisitions, les saisies, les gardes à vue, les interceptions téléphoniques, les réquisitions, les infiltrations… en fonction des affaires traitées.

    - Acter : rédiger un procès-verbal. Ex :
    un chef de groupe dira à ces effectifs penser à acter vos diligences le plus rapidement possible car le parquet attend la procédure.

    - Adidas : police en tenue, désigne un Capitaine de Police dont les galons supportent trois bandes.
    - Affaire (s) : les procédures traitées par les policiers sont appelées - affaire -. Ainsi on parle de belle affaire quant il y a interpellation de braqueurs, ou de petite affaire pour l'interpellation d'un simple voleur.
    - Affaire tête de lard : enquête difficile.
    - Affaler (s') : avouer.
    - Agent : il s'agit du nom donné à un informateur par les RG.
    - Aidants (les) : jargon des policiers de la PAF. Les organisateurs (personnes à la tête d'une filière), les passeurs entendus au sens large (ceux qui facilitent le franchissement d'une frontière, à l'entrée comme à la sortie, ou qui aident à la circulation des ESI sur le territoire national), les logeurs, les employeurs d'ESI, les fournisseurs de faux documents, et les conjoints de complaisance (ceux qui, en règle au plan du séjour, se sont mariés afin qu'un individu puisse obtenir le droit de rester sur le territoire national). La notion d'aide à l'immigration irrégulière correspond à un délit pénal.
    - Aiguilleur (l') : ce policier repére les appels téléphoniques concernant de réelles urgences vitales, coordonne, centralise et transmet les informations aux responsables hiérarchiques et aux policiers sur le terrain, diffuse des instructions de manière claire et précise, ou encore suit le trafic radio de l’ensemble des unités policières…Ex : La gestion des appels au 17.

    - Alias : pseudo, surnom.
    - Album de famille : archives photos des malfaiteurs arrêtés par les services.
    - Aligner (quelqu’un) : verbaliser, mettre une contravention, une prune.
    - Aller à la poule : déposer plainte.
    - Aller à Niort : nier. On en trouve déjà mention dans le dictionnaire - de l'argot de Vidocq -.
    - Allonger (s') : Avouer. Voir aussi s'affaler.
    - Allonges : avances sur les frais d'enquête.
    - Allumer : se faire engueuler pour un policier quant il vient de commettre une erreur. Ex : Je vais me faire allumer par l'adidas...

    - Alouette : contractuelle.
    - Alpiniste : voleur spécialisé dans l'escalade des balcons.
    - Amazone : prostituée qui attend son client au volant de sa voiture. Le secteur de la place de la Madeleine à Paris était très prisé des amazones, il y a encore quelques années.
    - Ami (mon) : désigne un informateur de la police. Voir aussi tonton, cousin.
    - Amphibie : individu suspecté de s'adonner à des activités litigieuses.
    - Ange : espion ennemi. Jargon barbouze.
    - Ange gardien : Il s'agit du complice d'un voleur à la tire, qui surveille durant les - opérations -.

    - A
    ngine de comptoir : une ivresse publique et manifeste (voir IPM).

    - Antiquaires (les) : voir aussi Brocs.
    Le groupe des Antiquaires, est spécialisé dans la lutte des infractions commises dans le domaine des biens culturels (vol, recel...). Les Brocs sont rattachés à la BRB de la PJ Parisienne.

    - APJiste : se dit pour désigner l'agent de police judiciaire dont les prérogatives sont prévues par l'article 20 du code de procédure pénale, le CPP.

    - Aplatir : interpeller en plaquant au sol un délinquant.
    - Après-midi valoche : c'est prendre son après-midi à la veille d'un départ en vacances pour faire ses valises. Ex : Demain j'suis en congé, le chef m'a donné un après-midi valoches. Précision, cela n'est plus pratiqué.
    - Aquarium : cellules de garde à vue, elles sont toujours vitrées.
    - Arcan : voyou, malfrat. Ex : On vient de faire tomber un bel arcan.
    - Arpèges (faire les) : relever les empreintes digitales d'un délinquant. signalisation.
    - Arracher : fait partie des nombreux termes utilisés par les policiers pour décrire l'action d'interpeller un délinquant. (Voir interpeller, sauter...).
    - Arrondissement à bitume : arrondissement où l'on trouve les Ministères, les ambassades, cela signifie qu'il y a beaucoup de gardes statiques à assurer.

    - Artiste : fabricant de faux billets (monnaie).
    - AS : alibi. Ex : Ce casseur nous avait sorti un as toc, on a fini par le rebecqueter.

    - AS (paire d' ): deux alibis.
    - AS (carré d') : quatre alibis.
    - AS de Carreau : l'alibi est pour le domicile. Ex : Hier soir à c'tte heure je croquais chez ma vieille.
    - AS de Coeur : l'alibi met en scène une femme. Ex : Samedi dernier, j'étais pagé avec la fille d'la bignole de mon immeuble.
    - AS de trèfle : est l'alibi des joueurs. Ex : A l'époque de cette affaire, je filais des tubards au champ de course de Deauville, j'pouvais pas être à Pantruche.

    - Ascenseur (renvoyer l') : avouer.
    - Assiettes (les) : assises. Ex : Je suis convoqué aux assiettes, pour témoigner dans l'affaire d'homicide qu'on a traité y'a déjà 5 ans.
    - Attila de la grande fauche : voleur sans frontières. Ex : On vient déférer un attila de la granche fauche qu'on a serré en flag alors qu'il tirait des valoches dans un hall d'hôtel.
    - Avoine : correction.
    - AVP : Accident de Voie Publique. Désigne un accident de la route qu'il soit matériel ou corporel (avec des blessés).
    _______________________________
     
    - Babillard : avocat. (voir bavard, baveux, mais aussi parrain, démerdeur...)
    - Babylone : policier blanc pour délinquant arabe ou africain.
    - Bagnard : policier responsable des archives, de la documentation criminelle. Ex : Tu veux des infos sur ce client, va donc voir le bagnard.
    - Bagoter : faire du terrain, bitumer.
    - Baguer : arrêter, passer les menottes.
    - Baiseur : proxénète sans envergure.
    - Bal (faire le) : nier.

    - Balance : informateur (voir ami, cousin, tonton...).
    - Balloo : noir africain. Ex : On vient de faire un balloo en flag alors qu'il revendait des fausses Rolex.
    - Baron : complice du meneur du - jeu - le bonneteau (voir infra).
    - Bander : affaire qui commence à devenir prometteuse. Ex : Patron, l'affaire commence à bander, on vient d'identifier un quatrième client.
    - Bandes molletières : escroquerie aux anciens combattants. Escroquerie basée sur des faits d'armes imaginaires.
    - Barbouzer : enquêter discrètement., mais aussi faire avouer.
    - Baromètre : registre où étaient répertoriés les documents destinés aux services avant leur utilisation.
    - Basculer : devenir indicateur de police.
    - Basset : spécialiste du vol dans les caves.

    - Bat-flanc : comptoir d’accueil d’un poste de police.

    - Batterie de pigeons : couple accusé de mêmes faits.
    - Batteuse : machine à écrire, clavier d'ordinateur.
    - Batteuse d'asphalte : prostituée.
    - Bâton (faire un) : arrêter un malfrat.
    - Bâtonnite (la) : vient de bâton, il s'agit de comptabiliser les affaires. Ex : une garde à vue = un bâton = une bonne statistique pour le fonctionnaire ou le service. (Voir faire du chiffre).
    - Bavard : avocat. Aussi babillard, baveux.(etc). Ex : J'ai le droit qu'à un bavard commis d'office, j'ai pas une tune...
    - Bave d'escargot : galon.
    - Bayard : plaque anti-balle, n'est cependant pas un gilet pare-balle, cette plaque était portée par les anciens inspecteurs sur les interventions - chaudes -.
    - Beau, Beau crâne, Beau mec : désigne un voyou d'envergure.
    - Beauveau : désigne le Ministère de l'Intérieur, situé place Beauvau à Paris (75008).

    - BB : Braqueur de Bagnole. Voleur de voiture avec violences, aujourd'hui on parlerait de car-jacking.
     
    - Bébé Ben Laden : jeune et prometteur islamiste extrémiste.
     
    - Bécane : machine à écrire (voir aussi batteuse).
    - Berlue : couverture, emploi fictif d'un bandit.
    - Bertillonnage : se dit pour la méthode, inventée par Bertillon (père de la PTS), anthropométrique d'identification des criminels.
    - Beurrer le marmot : convaincre un suspect de passer aux aveux, de manière peu orthodoxe.
    - Bidon : bide, cellule de garde à vue.
    - Bidonner l'arnac : arrêter les escrocs du jeux (bonneteau, bookmakers).
    - Bidule : long bâton en bois (+ de 80 cm) qui était en dotation collective. Utilisé durant les évènements de mai 1968.
    - Bigorneau : téléphone, table d'écoute téléphonique.
    - Bignole : concierge. Ex : Faut que j'aille faire le tour des bignoles du quartier, pour obtenir des infos sur cette affaire de disparition.
    - Bignolo : masculin de bignole.
    - Bijoutier du clair de lune : cambrioleur qui bosse la nuit.
    - Billes (avoir des) : c'est avoir des éléments dans une affaire.

    - Bite à Jean-Pierre : matraque (gomme à effacer le sourire).
    - Bitumard : indicateur de rues (les rues étant dorénavant bitumer), plan de ville. A Paris les nouvelles recrues perçoivent un plan de Paris et de la petite couronne.


    - Bitumer : patrouiller à pied (bagoter), sur le bitume.

    - Blanc : jargon essentiellment des ex-RG. Rapport d'infos rédigé sans formalisme, sans signature, sans entête. (voir aussi note blanche)
    - Blanc-seing : attentat aux moeurs.
    - Blanchouillard : individu dont le casier judiciaire est vierge, blanc.
    - Bleu : 01)- policier en tenue. 02)- gyrophare.
    - Boeuf : 01)- parlementaire pour les RG. 02)- fonctionnaire affecté à l'inspection des services (IGS à Paris, IGPN pour le reste du territoire), Police des Polices

    - Boeuf-carotte : boeuf. IGS et IGPN.

    Il existe deux origines à cette expression argotique datant de la deuxième moitié du XXe siècle.
    La première, donnée par André Larue (dans 'Les flics' en 1969) viendrait du fait qu'une fois qu'un policier est passé à la moulinette de la police des polices et a été mis à pied, voire 'démissionné', il ne lui reste plus que la possibilité d'avoir du boeuf aux carottes à son menu, plat supposé peu cher donc au coût adapté à son nouveau budget.
    La seconde est proposée en 1984 dans le film "Les Ripoux" de Claude Zidi, selon lequel l'IGS laisse longuement mitonner ou mijoter le présumé coupable, comme on le ferait d'un bon boeuf aux carottes.
    - Boers : Boers vient de la transcription du nom - bours -, qui signifie policier dans l'argot russe. A la fin du 19e siècle, cette expression était utilisée par les conducteurs de calèches, souvent immigrés russes. L'unité en charge du contrôle des taxis a repris ce nom lors de sa création, en 1938. Les Boers exercent à la PP.

    - Boite : Ministère en tant qu'employeur.Ex : La boite ne se rend pas compte des risques que l'on prend, sans jamais être remercié.
    - Boîte à Claques : tabassage.

    - Boîte à refroidis : morgue.

    - Bon de saillie : indemnité versée aux ex-inspecteurs pour effectuer incognito des contrôles dans les maisons de tolérance.
    - Bonneteau : jeu dit de hasard, qui est en réalité une escroquerie. Ce pratique avec des cartes, deux n
    oires et une carte rouge. Le maître du jeu manipule les trois cartes et demande au joueur de miser et de découvrir la carte rouge. Si celui-ci réussit, il reçoit le double de sa mise ; dans le cas contraire, il l'abandonne.
    - Bonneteur
    : Maître ou meneur dans l'exécution de l'escroquerie au jeu du bonneteau.



    - Bordereau : 01) - relevé de frais. 02) - café, cabaret où il est glané du renseignement.

    - Borduré : indésirable. Exclu des bistrots, des champs de courses où il n'y a plus de crédit.
    - Bordurer : exclure d'un groupe.
    - Borgnote: filature, surveillance.

    - Bosse (avoir de la) : avoir de la chance.
    - Bouger : voler.
    - Bougnote : voir borgnote.
    - Bouillon : lieu où vit un malfaiteur, où il prend ses repas.
    - Boulange : argent de toute origine (vrai, faux). La banque de France est appelée la grande Boulange.
    - Boulanger : faux-monnayeur.
    - Bouletteux : transporteurs de boulettes de cocaïne in corpore, le plus fréquemment. Ils souvent originaires d'Amérique Latine.

    - Bourgeois : gardien de la paix en civil.

    - Bourgeoise (tenue) : être en tenue bourgeoise c'est être en civil pour un gardien de la paix.

    - Bracelets : menottes.
    - Brancher : c'est procéder à une écoute d'une ligne téléphonique.
    - Brème : carte d'identité, carte professionnelle, carte de police. Le mot de brème vient du fait que la carte de police est plate le poisson du même nom.

    - Bretelles : écoute téléphonique (voir construction, brancher...)
    - Bréviaire : voir bitumard.
    - Bricard : brigadier de police.
    - Bricole : courroie qui servait à immobiliser les bras d'un bandit.

    - Brigades des Gaz (la) : l’ancêtre de la BRI. Cette brigade était aussi surnommée : Bande à Lépine.

    C’est pour disposer d’un moyen de maîtriser les forcenés que le préfet de police Louis Lépine, en 1912, charge des chimistes d’étudier différents gaz : la brigade les utilisant leur empruntera son nom.
    Pistolet, pulvérisateur ou ampoules de verre, l’éther bromacétique sera le gaz retenu pour être l’arme attitrée de la « brigade des gaz », utilisé lors d’actions spectaculaires, comme le forcement d’une porte en cas de retranchement : les policiers pratiquent une ouverture dans le battant, y glissent une capsule de gaz irritant et profitent de la diversion pour interpeller les personnes retranchées.
    Dans les années 1960, l’antique « brigade des gaz » délègue sa mission au groupe d’intervention et de sécurité (GIS) qui prête son concours en quelques occasions à la brigade anti-commando sous le commandement de Robert Broussard, puis disparaît en 1984.



    - Brioché : probant pour une procédure, un dossier.Ex : Ta procédure est briochée, il va plonger avec ça.

    - Brocante : armement individuel d'un policier (pistolet, menottes, bâton de défense...)
    - Brocs (les) : voir aussi Antiquaires. Le groupe des Brocs, est spécialisé dans la lutte des infractions commises dans le domaine des biens culturels. Les Brocs sont rattachés à la BRB de la PJ Parisienne.
    - Bureau des pleurs : administratif, bureau où sont recueillis les doléances des policiers.
    - Butinage : période durant un interrogatoire où l'on obtient rien de bien important.
    - Butteur : tueur.  
    _______________________________
     
     
     
     
     
     
      
     
     
     
     
     
     
    - C 46 : jargon des RG, une écoute téléphonique.
    - Cabaret : policier appartenant à la Brigade de Répression du Proxénétisme.

    - Cadènes : menottes.

    - Cage : cellule de garde à Vue. voir aussi aquarium.
    - Call-back : escroquerie aux rappels d'un numéro de téléphone surtaxé.
    - Campagne de pêche : ramassage de prostituées, de bandits en tous genre et cela dans une zone déterminée.
    - Canonge : vient du nom d'un policier marseillais, particulièrement opiniâtre qui, en entreprenant de rassembler toutes les fiches de la police de Marseille inventa dans les années 50 le fichier qui porte encore son nom. Désormais informatisé, ce fichier destiné à rationaliser le travail de l'enquêteur, comporte les photos et signalements des personnes mises en cause dans une affaire judiciaire, permettant aux policiers de retrouver rapidement un suspect à partir d'un simple signalement.

    - Carding : fraude à la carte bancaire.
    - Car-Jacking : désigne le vol d'un véhicule à moteur avec violence ou menace à l'encontre du conducteur ou de l'un de ses passagers.
    - Carnet de vaccination : carte de séjour.
    - Carotter : vendre de faux stupéfiants.
    - Carreler : faire des rondes de ramassage de SDF.
    - Carreur : receleur.

    - Carrousel : fraude à la TVA. Terme plus employé par les services répressifs de l'administration fiscale.

    - Carte de pêche : carte de Police. (source photos :


    Revue Civique n°140 - Octobre 2004

    Revue Civique n°140 - Octobre 2004



    Revue Civique n°140 - Octobre 2004


    Article paru dans France-Soir




    - Carton
    : carte grise d'un véhicule.

    - Casser : voler.
    - Casser le dom : effectuer une perquisition au domicile d'un suspect.
    - Casserole : informateur (ami, cousin, tonton etc...)
    - Cassette : faux témoin qui débite un témoignage appris par coeur.
    - Casseur : cambrioleur.
    - Cataflics : surnom donné aux policiers de l'ERIC

    - Catalogue : Code pénal. S'emploie plus chez les Magistrats.
    - Caviardage : Mot ou partie de texte rendu illisible par masquage ou raturage. (falsification).
    - Ceinturon : chef d'une formation de policiers en tenue.
    - Chandelle : prostituée. Il s'agit des prostituées qui se tiennent assises sur les tabouret des lieux (bar...) où elles exercent. Ex : Dans ce rade, le soir venu, les chandelles remplacent les piliers habituels.
    - Chanter la messe : nier.
    - Chansonnette : histoire inventée, faux alibi.
    - Chanstiquer : falsifier, modifier.
    - Charognard : véhicule d'enlèvement des voitures pour être emmenées à la fourrière.
    - Chaud (être) : se dit d'un malfaiteur sur le point de commettre un délit, il est alors en alerte, aux aguets. Il reste chaud encore un peu de temps après son coup. Les arrestations à ce moment là sont dangereuses.
    - Chef de gare : à la PJ, le chef de service attribue les dossiers, il les oriente vers les services.
    - Chèvre (faire la …) : Appâter pour interpeller. Ce peut être la mission d’une policière qui, sous protection discrète, sera amenée à piéger un violeur en série en tournant dans les lieux qu’il fréquente.

    - Chier des billes : avouer avec peine, petit à petit.
    - Chiffre (faire du) : les policiers sont comme des - chefs d'entreprise -, ils font des affaires, du chiffre, il s'agit là encore de l'idée de faire une arrestation, du placement en garde à vue dans le but d'avoir de bons chiffres : c'est la course à la bâtonnite vu plus haut.
    - Chignole (vol à la) : il s'agit de vols commis avec effraction à l'aide d'une chignole à main; les malfaiteurs profitent de la nuit et du sommeil des victimes pour percer un trou dans l'huisserie d'une porte et actionner à l'aide d'une tige de fer le mécanisme d'ouverture de la porte.
    - Chimique : individu louche.
    - Chiquer : mentir, nier. Il existe un PV de chique, procès-verbal dans lequel les mensonges du suspect sont consignés.
    - Chouff : vient de l'arabe :
    01) - dans les cités la venue de policiers est signalée par des chouffs rémunérées à la journée plus rentable que le travail.
    02) - policier chargé de garder les véhicules lors de manifestations, de rassemblements.
    03) - planque, surveillance.
    - Ciat : commissariat. J'ai finit ma journée sur le bitume, je rentre au ciat.
    - Ciment : frais de justice. Dans cette affaire il aura fallu du ciment, on a becqueté le budget de l'année.
    - Cimenterie : fabrique (officine) de faux-papiers destinés à des truands en cavale et recherchés.
    - Cimetière des éléphants : surnom donné à "la Police des polices" car pendant un temps les fonctionnaires de police tombés en disgrâce y étaient mutés.
    - Cinq doigts six bagues : proxénète entretenu. Parasite.
    - Clandax : clandestin (clandos, clandés).
    - Claque (tête à) : noctambule qui visitait les maisons closes. (Voir claque dans section : argot)
    - Client : nom donné au malfrat, logique puisque les policiers font des affaires, du chiffre etc...
    - Clientèle : l'ensemble des clients traités par la Police. Cependant il existe plusieurs clientèles, la brigade des stups n'aura pas les mêmes clients que celui qui travaille à la crim, ou encore que celui qui travaille à la financière.
    - Coiffer : arrêter un individu.
    - Collante : il s'agit d'une convocation. A Paris les convocations utilisées par les policiers ont leurs rebords en partie "encollées" comme les timbres poste, qu'il faut humecter pour les cacheter .
    - Collet marseillais : - marseillais -, car infraction commise très souvent par des équipes venues de Marseille. La technique du - collet marseillais - consiste à bloquer une carte bancaire dans un distributeur en incitant le propriétaire à taper le mot de passe, puis à récupérer la carte une fois le propriétaire parti afin de l'utiliser à volonté. Divers moyens sont utilisés afin de bloquer la carte : un simple bout de carton plié glissé dans la fente du distributeur, un élément d'une cassette vidéo, ou encore un vrai - collet marseillais -, fabriqué avec un fil de fer et du sparadrap. (voir DABISTE)
    - Colmater : neutraliser un bandit avant son arrestation.
    - Colorier la nuit en bleu : actionner le gyrophare d'une voiture de police.
    - Commanche : commandant.
    - Commerçants : policiers en civil en planque dans voitures de type utilitaire.

    - Condé : Permission officieuse de faire quelquechose d'interdit (interdiction de séjour, de jeux, prostitution), autorisation quelconque, généralement en échange de renseignements (indicateur) ou autres (argent, sexe, etc.). La Mondaine délivrait des condés.
    - Confronte : confrontation.

    - Constates : diminutif de constatations. Je me presse, car je dois me rendre en urgence faire des constates sur le feu criminel commis à l'ambassade d'Iran.
    - Construction ou construc : écoute téléphonique.

    - Cousin : informateur. voir aussi tonton, ami...

    - C.R : commission rogatoire. il s'agit d'une délégation judiciaire généralement délivrée à un service de police par un Juge d'Instruction.
    - Crâne (faire un) : arrêter un malfrat, voir bâton, supra.
    - Crim'(la) : désigne la brigade criminelle.


    Ecusson de la Brigade Criminelle de Paris (Chardon)



    Cruchot : gendarme, pandore. Les policiers appellent souvent les gendarmes : cruchot. Cruchot vient du nom porté par Louis de Funès dans le célèbre film "Le gendarme de Saint Tropez". De leur côté les gendarmes appellent les policiers : les pieds-plats.




    - Cueillir : interpeller, arrêter.

    - Cuve : l'arrière du - soum -, l'endroit où l'on planque. (voir sous-marin, soum). On parle de cuve pour désigner l'ensemble du sous-marin car l'été celui-ci devient étouffant.
    - Cycliste(s) : policiers exerçant à vélo, aujourd'hui ils utilisent des VTT, hier ils utilisaient des bicyclettes fabriquées par la manufacture de Saint-Etienne dont la marque était - hirondelle -. (voir Hirondelle)
     
    _______________________________
     





    - Dabiste(s) : voleur(s) spécialisé(s) dans le vol des cartes bancaires au moment d'un retrait effectué par la victime.
    - DCD : Delta Charlie Delta, pour désigner une personne décédée.
    - Dérouiller : prendre une dérouille, dans le jargon de la brigade Criminelle de Paris, c'est être appelé sur les lieux d'un homicide, par conséquent prendre une affaire.
    - Déshabillé : gardien de la paix en tenue civile.
    - Détronché : reconnu. Ex : J'me suis fait détronché sur la filoche des montes-en-l'air, on a dû lever le dispo.
    - Dispo : apocope de dispositif.
    - Divis (prononcer diviz) : apocope de divisionnaire (commissaire divisionnaire).
    - Dom : domicile (habitat). Un chef de groupe à son équipe pourrait dire ce qui suit : Demain, les gars on va cueillir notre client à son dom.
    - Dos à dos (vol au) : il s'agit d'une expression pour parler d'une technique de vol. Le voleur agit le plus souvent au restaurant ou sur une terrasse de bistrot. il se trouve assis sur une chaise faisant dos à celle de sa future proie. Discrètement il glisse ses mains dans les vagues (poches) d'un vêtement, d'un sac posé sur le dossier du siège lui faisant alors dos.
    - Doublette : voiture faussement immatriculée avec les plaques minéralogiques d’un autre véhicule.
    - Doublure : être de doublure, jargon de la Crim', c'est être de permanence.

    - Doulos : informateur (voir cousin, tonton...).



     
     
     
    _______________________________




    - Enquilleuse : désigne une voleuse qui glisse le produit de son vol entre ses cuisses (quilles).

    - Epingles : menottes.

    - Escroquerie à la Nigériane : voir Scam. Voir aussi Arcat dans la section argot.Ce type d'arnaque fonctionne grâce à des mises en scène personnalisées à l'appui desquelles des acteurs fiables (notaire, mandataire, diplomate, etc.) remettent des documents officiels (chèques bancaires, certificats, etc.). Pour crédibiliser le scénario, les fraudeurs utilisent aussi de faux sites bancaires, des coordonnées usurpées d'avocats, etc. Les messages émanent tous de l'ex femme de, du fils de, etc. d'une personne soi-disant fortunée qui vient de mourir ou qui en prison. Les personnes qui vous contactent sont toutes en possession d'une importante somme d'argent (ou de diamants, d'or, etc.) qui est stockée quelque part et qui n'attend que vous pour être débloquée. Les escrocs exploitent jusque dans leurs plus extrêmes recoins les limites de la naïveté de leurs proies, tout en titillant leur cupidité.
    Exemple réel : un habitant de Dijon reçoit ce type de mail. Appâté par la promesse de toucher un héritage de 3,5 millions de dollars, la personne mord à l'hameçon et répond. C'est là que les deux escrocs rentrent en action. La victime a reçu un second mail envoyé par une personne habitant Paris qui se faisait passer pour le gestionnaire de la fortune du défunt. Elle lui réclamait 10.500 euros pour pouvoir débloquer les fonds.

    - E.S.I : jargon, essentiellement, des policiers de la PAF. Etranger en Situation Irrégulière, désigne une personne dépourvue de titre (visa, passeport...) ou en possession de titre non valide (périmé, falsifié, contrefait) lui permettant de séjourner sur le territoire national.

    - Etat 4001 : outil statistique, répertoriant sous forme de code les infractions commises. Cet état révèle l'activité policière.
     
    - Evêché (l') : hôtel de police de Marseille.

    _______________________________
     



    - Fadet : FActure DETaillée. Détail des trafics à partir d'un numéro d'appel téléphonique. Ex : Bon alors, as-tu réussi à éplucher la fadet, du julot d'la rue d'aboukir.
    - Faire la guérite : assurer une garde statique. Voir plante verte, pot de fleur.
    - Filoche : filature.
    - Filocher : effectuer une filature.
    - Filocheur : c'est le policier qui effectue une filature.
    - Fluv (la) : brigade fluviale de Paris. Les fonctionnaires affectés à cette unité sont appelés les Saints Bernard.

    - Frotteur : il s'agit du pervers sexuel qui, dans les transports en commun bondés tel que le métro, se frotte aux femmes.




     
    _______________________________





    - Gagneuses : 01)- Prostituées. 02)- Machines à sous installées illégalement dans les bars, par exemple : le Bingo.
    - Gardien de la Paix : policier exerçant le plus souvent en tenue. Il fait partie du corps d'encadrement et d'application de la Police Nationale, l'un des trois principaux corps de la Police avec les Officiers (ex corps des inspecteurs) et les Commissaires. C'est en 1829 que fut créé ce corps d'élite qui conquit tout de suite la sympathie de la population parisienne.

    - G.A.V : Gardé à vue, désigne la personne faisant l'objet d'une mesure de garde à vue (GAV). Faites sortir le GAV de sa cellule, son bavard vient d'arriver, pour l'entretien.
    - Gazeuse : bombe lacrymogène.
    - Geignard : nom donné aux plaignants se présentant dans les commissariats afin de déposer plainte.
    - Go-Fast : aller vite en français. Il s'agit de passeurs, de drogues, à grande vitesse. Les passeurs utilisent soit des voitures ou des bateaux à grande vitesse pour transporter le cannabis venant du Maroc. Aller plus loin.
    - Gomme à effacer le sourire : matraque.
    - Gourmettes : menottes.
    - Grande Maison : la Police Nationale dans son ensemble.
    - Grandes Oreilles : les Renseignements Généraux.
    - Grand-Père : surnom donné au chef de la PJ Parisienne.

    - Gratter : 01)- verbaliser un contrevenant le plus généralement au Code de la Route. Ex : Depuis la mort de cyclistes à Paris, les vélib' qui ne respectent pas les règles du code de la route se font gratter sans indulgence.
    02)- en matière d'enquête judiciaire il s'agit de chercher, fouiller afin de résoudre une affaire.
    Ex : Les gars dans cette affaire de braquage y'a de quoi gratter, donc y va falloir me la sortir.

    - Grenouiller : se rendre dans un secteur déterminé pour y glaner des informations, ou même localiser un suspect.



     
    _______________________________
     


    - Hameçonnage : (voir aussi phising). La méthode consiste à envoyer un courriel non sollicité (spam) en se faisant passer pour une banque ou une société connue. Le destinataire est invité dans ce message à cliquer sur un lien qui le renvoie sur un site, copie conforme ou presque du site officiel, par exemple celui d'une banque. Là, on lui demande de saisir ses coordonnées bancaires…

     - Hirondelle : nom donné aux policiers qui circulaient à vélo au début du XX ème siècle. Ce nom semble provenir de la marque de vélo utilisé - l'hirondelle - ou alors de la pèlerine qu'ils portaient.

    - Home-Jacking : consiste pour des malfaiteurs à menacer ou agresser les occupants de leur maison pour se faire remettre les clés et les papiers de leur voiture.

     
     
    - Homme de paille : prête nom dans une affaire illégale.






    _______________________________
     
     

    - I.J : Identité Judiciaire. On se rend sur les lieux d'un cambriolage, tu nous enverras les gars d'l'IJ pour les constates.
     

    - I.P.M : Ivresse Publique et Manifeste. Cette nuit on a ramassé un paquet d'IPM.
     
    - I.P.P.P : se prononce I.3.P. Appellation donnée, par les policiers parisiens, aux personnes relevant de la psychiatrie, et qui sont internées à l'Infirmerie Psychiatrique de la Préfecture de Police.
     
    - Islamo (s) : Islamiste(s) radical (aux).
     

    - ITT : Incapacité Totale de Travail. Il s'agit de la durée de la période pendant laquelle la victime de violences ne peut remplir la totalité des fonctions basiques normales de la vie courante du fait de son état : habillement, déplacement, toilettes...
    Evaluée sur réquisition des policiers par des experts de l'unité médico-judiciaire à Paris, l’ITT -pénale- sert ainsi à déterminer la gravité d’une infraction et les sanctions encourues. Elle est à distinguer de l’ITT -civile -, matérialisée chez le salarié par le certificat d’arrêt de travail.
     
    - IVP : Interdit de Voie Publique, se dit pour un policier qui pour blessure ou autre problème ne peut plus exercer ses fonctions sur le terrain. Depuis son accident, le collègue est IVP, et il le vit mal.
     




     
     
    _______________________________
     
     
     

    - Jaffe : les repas annuels de la Crim' et de la Mondaine à Paris. Ces jaffes étaient célèbres.

     - Jonction : formulaire de demande de congés.

     - Julot-casse-croûte : Proxénète sans envergure. Gagne petit.





     
     
    _______________________________
     
     
     
    - Ligne percée : ligne téléphonique sous écoute.


    _______________________________





    - Main : voleur à la tire, tireur. On vient de faire, en flag, une belle main, qu'on filochait depuis des lustres.
    - Massenottes : menottes, du nom de son inventeur Albert Massenot qui était policier. Massenot les inventa en 1927.
    - Mettre le bleu : actionner le gyrophare.
    - Mettre du bleu dans la rue : mettre des agents en uniforme sur la voie publique.
    - Microter : dissimuler un microémetteur.

    - Mieux vaut une chaise à l'IGS qu'une table à l'IML: proverbe policier. mieux vaut être entendu par la police des polices (Inspection Générale des Services) qu'autopsié à la morgue (Institut Médico-Légal). Autrement dit, il vaut mieux faire une faute grave que de laisser sa peau sur une mission.
    - Mobillards (les) : vient de l'époque des premières brigades mobiles (brigades du tigre) qui sillonnaient le pays dans des Panhards ou des de Dion Bouton.
    - Monter sur un coup : prendre part à un fait criminel plus ou moins planifié.
    - Monte-en-l'air : voleur par escalade. Exemple de monte-en-l'air, celui qui se sert des gouttières pour se hisser dans les appartements qu'ils visitent. Jehan-Rictus a consacré un poème, aux montes-en-l'air.

    - Mordre (se faire) : se faire repérer.

    - Moulin à café : hélicoptère de Police.
    - Moulin à vent : policier chargé de la circulation.

     - Mule : le terme mule s'applique aux passeurs de stupéfiant, qui traversent les frontières, en les transportant. Les mules ne savent pas toujours forcément qu'elles transportent des stupéfiants, parfois le produit est introduit dans leurs bagages à leur insu. De nombreuses méthodes existent pour tenter de passer les produits en les camouflant des façons les plus diverses, la plus impressionnante étant celle où les produits sont transportés dans le système digestif (in copore). Les stupéfiants sont conditionnés en petits sacs étanches et ces petits sacs sont ensuite gobés par la mule. Il arrive régulièrement qu'un des sacs se rompt sous l'effet des sucs gastriques ou du fait d'un emballage défectueux, entrainant la mort de la mule par overdose.




    _______________________________



    - Nanard (un) : un dossier - dit pourri - qui de par sa nature (sans intérêt) ne sortira (voir sortir une affaire) pas.

    - Nourrice : désigne la personne qui fait du - gardiennage - de drogue pour un tiers.
    - Note blanche : Voir aussi blanc.
    - Nuiteux : policier travaillant la nuit.



    _______________________________




    - O.D. : Overdose. Ex : Cela devait arriver, le tapin du boulevard Bessières est mort d'une O.D.
    - OPJ : Officier de Police Judiciaire.
    - OPJiste : désigne les policiers ayant la qualification d'OPJ, dont les prérogatives sont prévues par l'article 16 du Code de Procédure Pénale.





    _______________________________




    - P4 : est un registre de gestion du personnel.

     - Panier à salade : fourgon de police. L'expression date de 1827. La caisse du fourgon de police utilisé pour le transport des détenus était, à l'origine, en osier très épais. A la même époque, le panier à salade utilisé par les familles était lui aussi en vannerie. D'où la métaphore, née de la double analogie d'aspect et de comportement (les secousses dues aux routes pavées de l'époque.

     
     
     
    - Papillon : avis de contravention.
    - Patron : Chef de service. Commissaire. Ex : Les policiers parfois lorsqu'ils saluent leur chef de service disent : Bonjour, Patron !
    - Passer au tourniquet : être convoqué en conseil de discipline. voir aussi tapis vert, trapèze.
    - Pavé (faire le) : faire la circulation.
    - PéJiste : désigne ensemble des policiers dont l'activité principale est la PJ.

    - Pékin : quidam non policier.
    - Pelure : tenue d'uniforme. Ex : Il était temps que la boîte renouvelle nos pelures, les anciennes dataient des années 80.
    - Perceur : voleur spécialisé dans l'effraction des coffres.
    - Pervenche : contractuelle.
    - Petits Porteurs : voir bouletteux.

    - Phising : (voir hameçonnage). La méthode consiste à envoyer un courriel non sollicité (spam) en se faisant passer pour une banque ou une société connue. Le destinataire est invité dans ce message à cliquer sur un lien qui le renvoie sur un site, copie conforme ou presque du site officiel, par exemple celui d'une banque. Là, on lui demande de saisir ses coordonnées bancaires…

    - Piano : outil de prise d'empreintes digitales.
    - " (passer au) : se faire relever les empreintes digitales.
    - " (jouer du) : s'est l'action de relever les empreintes digitales.

    - Piège à putains : brigade mondaine.
    - Piéton : ilôtier. Agent en uniforme.

    - Picard : rien à voir avec les habitants de Picardie, mais directement inspiré des magasins de produits surgelés. Parmi les nombreuses découvertes de cadavres qui émaillent la carrière d’un policier, un - picard - est un sans-abri retrouvé mort … de froid.
     - Pic-vert (le) : surnom donné aux jeunes appelés du contingent faisant leur service national dans la Police, en allusion aux épaulettes vertes qu'ils portaient sur leur uniforme.

    - Pinces, Pincettes : menottes.
    - Plante verte : policier assurant les gardes statiques de bâtiments officiels.

    - Plastron : figurant dans une présentation à victime. voir tapissage.
    - Plomber : Mettre en place une protection, en général sur un logiciel. jargon des policiers luttant contre les fraudes aux nouvelles technologies (ex : BEFTI).

    - Pointe : viol.
    - Pointeur : violeur.

    - Police des Polices : Boeuf-carotte, policier affecté à l'IGS (Inspection Générale des Services) ou à l'IGPN (Inspection Générale de la Police nationale).

    - Polprox : police de proximité. Hier, c'était l'ilotâge, aujourd'hui on parle des Uteq (unités territoriales de quartier). Demain, la police municipale s'y consacrera, vraisemblablement.

    - Porte-à-porte (faire du) : procéder à une enquête de voisinage. Dans cette affaire tête de lard, le porte-à-porte nous a permis de prendre pas mal de rens.
    - Portrait-robot : portrait synthétique, d'un délinquant, établi à partir de témoignages. Ce n’est que dans les années cinquante (1950) que le portrait-robot apparaît véritablement avec la méthode élaborée par le commissaire Chabot du Service Régional de la Police Judiciaire (SRPJ) de Lyon. Les policiers parisiens ont été amenés à utiliser le système - Identity-kit -, créé par l’Américain Hugh Mac Donald.
    Amusez-vous à faire vous même un portrait-robot.






    - Poser un ticket : prendre un arrêt maladie.
    - Pot de fleur (faire le) : assurer une garde statique.

    - Poussettes : faire circuler (propager) de fausses rumeurs.

    - Procédurier : policier faisant de la procédure pénale. Dans le jargon de la Crim', il est le maillon essentiel d'un groupe d'enquête car c'est lui qui veillera à la précision et à la cohérence de tous les écrits qui composeront l'ensemble de la procédure pénale, diligentée dans sa phase policière, bien entendu.

    - Prune : contravention.
    - PS : Police-Secours. Ex : Envoyez une PS, urgemment, boulevard des Invalides, car il vient de se produire un AVP avec des blessés graves.

    - PV à la volée : contravention dressée à l'encontre d'un contrevenant au Code de la Route sans que ce dernier se fasse arrêter au moment de la commission des faits. Pratique légale.



    _______________________________



    - Queue de CR : fin d’un dossier en commission rogatoire sans intérêt.


    _______________________________





    - Raclette : Nom donné au Brigadier chargé de contrôler les gardiens de la paix à leur poste.
     
    - Radio PP : la PP étant la Préfecture de Police. Il s'agit d'une expression de policiers parisiens, pour évoquer les bruits, ragots colportés par les policiers et, concernant principalement les policiers eux-même. T'as vu le taulier de - tel service - est convoqué chez les boeufs. De qui tu tiens ça ? Radio PP !

    - Ravageurs : surnom donné aux braconniers et aux petits délinquants opérant sur les rives de la Seine. Jargon de la brigade fluviale.

    - Rebecqueter : remonter, identifier un auteur d'infraction. Ex : Comment qu'vous l'avez rebecté ce cinq doigts six bagues ?
    - Religion du chiffre : culture du résultat. (voir faire du chiffre, bâtonnite..)

    - Rens : apocope de renseignement. Ex : Les gars si on veut sortir cette affaire, il faut aller aux rens.

    - Ripeur : dernier arrivé le moins gradé dans un groupe d'enquête.

    - Rongeur : compteur d'un taxi, parcmètre.

    - Roulottier : voleur qui dévalise les voitures. On par le de vol à la roulotte.

    - Roupane : La tenue, pour parler des policiers en tenue, les policiers exerçant en civil désignent souvent leurs collègues ainsi. Ex : Tiens, les collègues d'la roupane, ont ramassé du macchabé dans la Seine.
     
    - Rubalise : ruban en matière plastique servant à baliser, à délimiter un lieu interdit d'accès, momentanément, au public. Ex : une scène de crime, le lieu d'un incendie...etc.

    - Rusier(s) : voleur(s) à la ruse. Ex : On vient de serrer un rusier, qui s'attaquait aux mamies alors qu'il se faisait passer pour plombier.




    _______________________________



    - Saint Martin : patron des policiers, pour en savoir plus rendez-vous sur le site - police et humanisme - .






    - Sarkomètre : lorsqu'il était ministre de l'intérieur, Nicolas Sarkozy a souhaité pouvoir établir un bilan chiffré de l'action policière. Ce bilan est ainsi baptisé SARKOMETRE.

    - Saucissonnage : agression commise par les auteurs d'un cambriolage particulièrement violent durant lequel les agresseurs pénètrent dans une maison et ligotent leurs victimes pour être tranquilles et leur faire dire où se trouve le magot.

    - Saute-dessus (faire du) : faire du flagrant délit, rechercher le délit flagrant pour un policier.
    - Saute-dessus (les) : surnom donné aux policiers appartenant à la BAC, dont la mission principale est de constater le flagrant-délit (flag).

    - Scam (le) : est un courrier d'un inconnu vous proposant une transaction financière, vous pouvez être sûr que c'est une arnaque. L'inconnu vous parle d'une importante somme (héritage, pot-de-vin, comptes tombés en déshérence, fonds à placer à l'étranger, etc.) et demande votre aide pour son transfert, en échange de quoi il vous offre un pourcentage sur la somme. Il finira par vous demander de lui envoyer une avance ou des frais quelconques (notaires, entreprises de sécurité, pots-de-vin...) Vous ne reverrez jamais votre argent. Voir escroquerie à la Nigériane. Visiter le knol consacré au Scam.


    - Scam à la romance : ce type d'escroquerie s'exerce sur les sites de rencontre et consiste, après avoir noué une relation à distance, à soutirer au correspondant de fortes somme d'argent sous prétexte par exemple de billets d'avion à avancer ou de soins urgents pour un membre de sa famille.

    - Schtroumpf : Surnom donné à un syndicat des Commissaires de police en raison de son sigle imprononçable, le SCHFPN.
     
    - Sortir (une affaire) : élucider une enquête.
     
    - Sortir du SGAP : le SGAP est le secrétariat à l'administration de la Police, les policiers s'y rendent pour y retirer les effets de leur tenue, pour régler des problèmes d'ordre administratif etc. Un SGAP recouvre une région administrative c'est à dire plusieurs départements pour exemple le SGAP de Paris est compétent pour la capitale et les trois départements de la petite couronne (92,93 et 94). Quand les policiers échangent des informations, ragots concernant d'autres policiers et qui ne devraient pas être ébruités, ils disent : cela ne sortira pas du SGAP, il faut comprendre que ces bruits et ragots vont se répandre même au-delà, et que tout le monde policier va finir part en entendre parler.
     
    - Sous-marin : on dit soum aussi. Il désigne un véhicule banalisé permettant de faire des surveillances. Voir aussi cuve.

    - Source : informateur aux RG (voir agent).
     
    - Speedy Gonzales : surnom donné, par les policiers, à Nicolas Sarkozy lorsque ce dernier était Ministre de l'Intérieur.
     
    - Surprenante (à la) : Avec surprise. Bon, les gars, cette fois les arracheurs on va s'les faire à la surprenante.



    _______________________________



    - T.A : Timbre-Amende, contravention.

    - Tamponné (être) : c'est-à-dire - recruté - dans le jargon des services de renseignements.

    - Tapissage : présentation d'un suspect à une victime, parmi un groupe d'individus. Placée derrière une vitre sans tain, la victime se voit présenter des individus parmi lesquels se trouve le ou les suspects. Pour ne pas l'influencer, tous portent un numéro et ont des caractéristiques physiques et vestimentaires similaires au suspect (les plastrons ou figurants sont parfois des policiers). A noter que ce dernier a la possibilité de choisir le numéro qu'il porte et sa place dans le groupe.


    - Tapis vert : conseil de discipline. voir aussi, passer au tourniquet, au trapèze.
    - Taulier : Commissaire. Les policiers emploient ce terme entre eux pour désigner leur chef de service. (voir aussi Patron).
    - Téléphone-Balourd : ligne téléphonique ouverte à un faux nom.

    - Terrassier : malfaiteur spécialisé dans le vol aux terrasses de cafés.
    - T.G : Télégramme. Document rédigé avec un certain formalisme pour être diffusé dans les services. - T.H.P : Tireur Haute Précision comprendre tireur d'élite que l'on retrouve au sein notamment des membres des GIPN et du RAID.
    - Tireur : voleur à la tire qui vole dans les poches.
    - Tombées de camions : il s'agit de l'expression utilisée pour parler des marchandises dérobées lors de leur transport par camions. Ex : un camion est stationné sur une aire d'autoroute pour la nuit, les voleurs lacèrent les bâches de la remorque, chargée, pour en extraire la marchandise convoitée.
    Selon un rapport d'EUROPOL la France se situait très « honorablement » au 5ème rang des pertes sur « tombées de camions » en 2007 avec un score de 18 647 euros de perte par milliard de PIB, derrière les Pays-bas, le Luxembourg et la Belgique, sans doute handicapés par la densité de leur réseau routier et leur position centrale dans le trafic routier de marchandises.


    - Tonton : informateur. Voir aussi cousin, ami. Dans le jargon des douanes on parle d'aviseur.
    - Tontonner : se dit d'un indic qui distille des infos à la police. Ex : V'la que les tapins s'mettent à nous tontonner des infos de première bourre ! On n'a plus qu'à aller sauter le gars Morales au petit jour.
    - Trapèze : conseil de discipline.
    - Trente-six (le 36) : désigne le 36, quai des Orfèvres à Paris où est installée la célèbre brigade criminelle

    - Tricoche (la) : pour un policier, c'est le fait de communiquer des infos à caractère confidentiel à quelqu'un d'étranger à son administration.
    Ex : beaucoup d'anciens policiers, gendarmes ou membres des services de renseignements intègrent des sociétés de sécurité privée, de détectives privés, ou d'intelligence économique.

    Une fois passés dans le privé, un certain nombre d'entre eux contactent leurs anciens collègues qui sont encore dans la maison pour leur demander de l'aide, ce qui est puni par la loi.

    Il s'agit aussi pour des policiers hors-service de faire des petits extras afin d'arrondir les fins de mois.

     - Trique : matraque.
     
     
    - T.S : Tentative de Suicide.



    _______________________________





    - VD : Vérification de domicile. Vérifier l'adresse de quelqu'un.
    - Ventilateur : Policier chargé de la circulation.
    - Vishing : Le vishing est l'utilisation de la technologie VoIP (voix sur IP) dans le but de tromper quelqu'un en lui faisant divulguer des informations à caractère personnelle et/ou financière. Face à la méfiance des internautes quant au phishing, les fraudeurs s'attaquent maintenant aux personnes par l'entremise du vishing appelé aussi hameçonnage vocal.

    Ils existent deux manières d'opérer :

    • La première : Un automate téléphonique est utilisé pour contacter les victimes potentielles en composant au hasard des numéros de téléphone fixe dans une région géographique déterminée.Lorsque la victime potentielle décroche, un message pré-enregistré supposé provenir de sa banque la prévient que des opérations inhabituelles ont été récemment effectuées sur son compte bancaire. Elle est par la suite invitée à composer un numéro de téléphone généralement surtaxé pour vérifier la situation de ce dernier. Ce numéro correspond à une boîte vocale, un message demande alors à la victime de fournir ses identifiants bancaires. Ces informations pourront ensuite être utilisées pour effectuer des achats frauduleux sur Internet.
    • La seconde : Une personne appelle une victime potentielle en se faisant passer pour quelqu'un du service de sécurité Visa, Master-Card ou simplement de son établissement bancaire. Elle lui signale que sa carte de crédit a été utilisée pour un achat plus que douteux et lui demande si elle est à l'origine de cette opération. Sa réponse étant négative, elle lui attribue un numéro de contrat de fraude, donnant ainsi à l'appel un aspect réaliste, puis lui demande de communiquer les coordonnées de sa carte bancaire afin de vérifier qu'elle est toujours en sa possession. Une fois la conversation terminée, la personne ajoute n'hésitez pas à nous rappeler si vous avez d'autres questions et raccroche.

     

    - VMA : Vol à Main Armé.


    - Voiture dite - ouvreuse - : elle a pour mission de repérer toute présence policière et, plusieurs kilomètres derrière se trouve le véhicule - mulet - chargé de la drogue. Ce convoi dispose parfois, pour fermer la marche, d'une voiture qui peut récupérer en cas de pépin les occupants des autres véhicules. Les voitures du convoi communiquent entre elles à l'aide de téléphones portables qui servent pour une seule remontée de drogue. (voir go-fast).


    - Voituriers de Lutèce : Dès le milieu du XVIIIe siècle, les embarras de Paris sont légendaires. Cependant, il faut attendre un arrêté de 1828 pour voir apparaître les premiers agents spécialement affectés à la circulation et la création du Service des Voitures surnommé les voituriers de Lutèce.


    - Vol (l'infraction de) : il s'agit de l'infraction la plus commise et avec tant d'ingéniosité dans sa mise en oeuvre; que l'on comprendra pourquoi il y a autant d'expressions pour l'évoquer.

    A la ballade : escroquerie.
    A l’abecquage
    : commis dans la maison où l’on s’est fait engager comme domestique.
    A la carre : par escamotage.
    A la carouble
    : avec usage de fausse clé.
    A la chinoise : déplacer peu à peu un objet et, à défaut de réaction, le subtiliser finalement.
    A la cire : coller l’argenterie sous la table du restaurant pour qu’elle soit récupérée ultérieurement par un complice.
    A la double
     : en coupant la doublure d’un vêtement (syn. : à la saccagne).
    A l’américaine
    : la victime, ayant accepté de participer à une opération malhonnête, ne peut plus déposer plainte lorsqu’elle découvre avoir été grugée.
    A la détourne : commis en détournant l’attention de la victime.
    A la fausse qualité
    : le fait de voler chez les gens en se faisant passer pour policier, agent EDF ou autre.
    A la fourchette : vol à la tire en plongeant deux doigts dans la poche.
    A la glu : avec un bâton enduit dans les troncs d’églises.
    A la machinette
    : par un employé de magasin avec des complices à l’extérieur.
    A la masse : en cassant la devanture d’un commerce. 
    A la pipette
    : aspiration du carburant dans le réservoir.
    A la portière
    : ouvrir la portière d’un véhicule arrêté au feu rouge et s’enfuir après avoir dérobé un sac (voir : vol à l'Italienne).
    A la poussette
    : heurter légèrement l’arrière d’un véhicule (touchette) et s’en emparer lorsque le conducteur est sorti constater les dégâts.
    A la rencontre : variété de vol à la tire pratiqué par deux compères.
    A l’arraché : objet enlevé brutalement des mains de son propriétaire. (syn. : arrachage, vol à l’abordage).
    A la roulotte : à l’intérieur d’un véhicule en stationnement (roulottier). 
    A la tache
     : subtiliser un portefeuille en prétendant essuyer une tache sur le vêtement. 
    A la tire
    : extractions d’objets ou portefeuilles sur les passants dans la foule (tireur). 
    A
     l’écornage : vol à l’étalage par bris de vitrine.
    A l’endormage : voir au poivrier.
    A l’entôlage
    : par une prostituée au préjudice de son client (syn. : faire l’édredon).
    A l’esquinte : vol par effraction.
    A l’étalage
     : se servir gratuitement chez les commerçants (étalagiste).
    A l’italienne : ancienne appellation du vol à la portière (pour ne plus vexer nos voisins transalpins).
    A main armée : sous la menace d’une arme (braqueur).
    Au bélier
    : en défonçant la vitrine à l’aide d’un véhicule volé.
    Au bonjour : dans un hôtel où le voleur prétendra s’être trompé si la chambre est occupée (rat d’hôtel).
    Au dégonflage : en remplaçant certains rembourrages par un matériau sans valeur.
    Au gogol : au préjudice de personnes débiles.
    Au poivrier : pratiqué à l’aide de substances narcotiques plongées dans le verre de la victime (endormeur).
    Au radin : pratiqué par un enfant caché sous le comptoir.
    Au rendez-moi : vol d’argent sur le rendu de la monnaie.
    Par effraction
    : toutes sortes de vols commis en fracturant les accès.
    Par escalade
    : par un monte-en-l’air en grimpant aux fenêtres et balcons (escaladeur).
    Par ruse : astucieux, sans violences.
    Par salarié
    : commis au détriment de l’employeur.


    - Voleur de son : spécialiste des écoutes téléphoniques. Jargon barbouze.


    - VP : Voie publique.






    _______________________________



    - Wash-Wash : ou escroquerie aux billets noircis. Scénario : «Dans un bar, une personne m'a accosté pour me proposer une affaire très intéressante. Elle disposait d'une mallette pleine de billets tachés d'encre noire. Elle m'a montré, avec un peu de produit (le wash-wash), comment les traiter et de vrais billets sont apparus, dont elle m'a fait cadeau. Elle m'a proposé la moitié des billets de la mallette à condition d'avancer l'argent pour acheter le produit, trop cher pour elle seule. Convaincu, j'ai accepté. J'ai donc versé une première somme d'argent pour acheter à l'étranger ce produit nettoyant, puis une seconde pour débloquer le produit à la douane. Quatre versements plus tard, je me suis rendu compte de l'escroquerie dont j'avais été victime».
    Pour plus d'infos sur le sujet rendez-vous sur le site du Ministère de l'intérieur.

    - Whitening : utilisation de crèmes de soin pour blanchir la peau. le whitening est très prisé des femmes originaires d'Afrique. Ces pseudos produits de beauté sont interdits en France, car contenant, en autre, des substances cancérigènes tel que l'hydroquinone.


    _______________________________




    - Yescard : littéralement - carte qui dit oui - il s'agit de contrefaçon de cartes bancaires permettant une utilisation avec n'importe quel numéro de code.




    _______________________________






    - Zombie : policier infiltré, « undercover ».
    - Zonzs : écoutes téléphoniques.
    - Zonzon : 01) prison. 02) écoute téléphonique.
    - Zozors : les RG. voir aussi grandes oreilles.






    _______________________________


    Références et Sources

    - Apocope (nom féminin) : Retranchement d'une lettre, d'une ou de plusieurs syllabes à la fin d'un mot.

    - Revue Liaison : HORS-SÉRIE Mai 68 - mai 2008

    - revue Liaison parution de la Préfecture de Police.

    - PPrama

    - condé coude ; condé (avoir un -) ; condé (avoir le -) ; condé (lever le -) ; condé de briques Permission officieuse de faire qqchose d'interdit (interdiction de séjour, de jeux, prostitution), autorisation qqconque, généralement en échange de renseignements (indicateur) ou autres (argent, sexe, etc.) ; rien à craindre, pouvoir agir, faveur 1 Lever le condé, c'était avoir l'autorisation de la préfecture. - 1932 [1882-1883] 2 ce n'était pas ainsi quand celui qui levait le condé n'avait guère plus d'argent que les gagistes - 1932 [1882-1883] 3 n'abandonnent pas leurs frères de voyage qui ont besoin du condé encore. - 1932 [1882-1883] 4 [la police] ne sévit plus contre la fille cartée : elle a passé le plus souvent avec celle-ci une sorte de compromis, de pacte, qu'on appelle le 'condé' - 1952 [1945] 5 Ce pacte, 'le condé' garantit ainsi à la fille une activité 'ordonnée et bien réglée' - 1952 [1945] 6 j'avais devant moi 'François la bagnole', interdit de séjour, qui venait me demander un 'condé' - 1955 7 J'ai un condé 'propre', ça m'en coûte 'd'aller au refile' tous les mois, mais j'y gagne tout de même - 1955 8 Notre homme qui voulait rester à Paris demandait un 'condé' en échange du concours qu'il nous promettait - 1955 9 Le grand 'condé' du règne Chiappe était le don à la Maison des Gardiens de la Paix, proportionné à l'importance des délits ou des crimes - 1947 10 Le 'condé', c'est l'autorisation, le feu vert, accordé à une professionnelle qui peut racoler ouvertement, sans risquer d'être ramassée continuellement par les 'bourgeois' de l'arrondissement - 1972 11 Mais le 'condé' ne s'obtient pas facilement. Pour l'avoir, et figurer sur la liste confidentielle renouvelée mensuellement et que tout 'bourgeois' possède, il faut lâcher du lest, donner des renseignements à la P.J. - 1972 12 Le temps des ports d'armes, des ordres de mission, des coupe-file. Ces fameux 'condés' leur ouvraient toutes les portes - 1973 13 Il lui obtient un condé pour la nuit - 1969 14 Ils...
    Source : site langue.francaise

    - Héritière du service de la Sûreté, «la crim» a été créée par décret du 29 juin 1912. Mais elle n'était alors que la première section d'une vaste brigade qui comptait plus de trois cents policiers. La deuxième section était chargée de réprimer les vols et la troisième section s'occupait des escroqueries, abus de confiance, fausse monnaie... Son acte de naissance officiel remonte au 1er décembre 1924. «La crim» s'appelait alors Brigade Spéciale n°1, mais elle occupait déjà les locaux qui sont aujourd'hui les siens : les 3ème et 4ème étages, escalier A, au 36 quai des Orfèvres. Une adresse mythique qui a fait rêver des générations d'écrivains et de cinéastes. D'ailleurs, un film célèbre avec Louis Jouvet, dans le rôle d'un vieil inspecteur principal près de la retraite, porte le titre de 36 quai des Orfèvres. Mais c'est Georges Simenon qui a rendu célèbre le 36 quai des Orfèvres en 1930. A l'époque journaliste de faits divers à L'Intransigeant, il lui arrivait fréquemment de gravir les 148 marches recouvertes d'un antique linoléum noir menant aux bureaux de «la crim». Le patron de la brigade s'appelait alors M. Nicolle et fumait la pipe. Simenon, qui menait de front une carrière de journaliste et de romancier, cherchait un personnage de roman policier. M. Nicolle devint, sans le savoir, le modèle du commissaire Maigret. «Le personnage du commissaire Maigret constitue d'ailleurs le plus grand faux de l'histoire de la brigade», raconte le doyen d'âge de «la crim», Maurice Gouny. «Le commissaire Maigret est un homme seul, alors qu'à "la crim", il n'y a que le travail d'équipe qui compte». Il n'empêche que Simenon a immortalisé cette brigade dont, bizarrement, sans qu'il y eût un rapport avec le personnage de Maigret, de nombreux patrons ont été des fumeurs de pipe. Revue Liaison - parution de la Préfecture de Police

    - Les "hirondelles" étaient apparues à la fin du XIXè s., vêtues de leur célèbre pèlerine et équipées du sabre réglementaire fixé au cadre du vélo. Dans les années 50, 2 819 agents cyclistes sillonnaient Paris et 2 844 la banlieue. En 1981, ils n’étaient plus qu’une centaine et les "hirondelles" désertaient définitivement les rues parisiennes en 1984, remplacées par les agents en cyclomoteurs. Source : Revue Civique n°68 - Mai 1997

    - Amicale-Police-Patrimoine

     
    - Images : panier à salade, gardien de la paix : le petit Journal illustré, photo quai des Orfèvres : le figaro.fr

    - Section Jargon : Mes notes. Les notes de Philippe Normand (que je remercie vivement, qui d'ailleurs cherche un éditeur), retraité de la Grande Maison, de Lagom du 36, de Sam ancien de la BRI et de la fleur de la PP.
     

    - revue Civique parution du Ministère de l'Intérieur.
    - revue Liaison parution de la Préfecture de Police.
    - 100 ans de police Judiciaire - éditions Michel lafon (
    www.michel-lafon.com)
    - Histoire et Dictionnaire de la Police - éditions
    Robert Laffont.

    Partager via Gmail Delicious Yahoo!

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique