• Organisations criminelles

     

     

     

    Organisations criminelles

     

    Le crime organisé est une structure assez stable (donc se distinguant d'une bande) de plusieurs personnes respectant les ordres d'un chef ou d'un comité de direction pour faire des profits illicites par des méthodes et des domaines prohibés.

    Ils sont des ennemis de l'État qui le plus souvent dispose d'une législation inversant le fardeau de la preuve. Interpol coordonne cette répression au niveau international

     

    Le crime organisé à travers le monde :

     

    Suivant leur origine, les organisations criminelles portent différents noms :
    Le Cartel (Colombie, Mexique)
    La Mafia : la Cosa Nostra, la Camorra, la 'Ndrangheta (Italie)
    Le Milieu (France)
    L'Organizatsiya (Russie)

    Les Triades (Chine)
    Les Yakuzas (Japon)

     

    La plupart de ces organisations peuvent opérer en dehors de leur région d'origine.

    C'est ainsi que la mafia s'est durablement installée aux États-Unis durant les années 1920.
     

     

      

    L'économie criminelle :
     

    Des entreprises presque comme les autres

     

    Les organisations criminelles fonctionnent désormais comme des entreprises tournées vers le profit.[réf. nécessaire] Il y a là une nette évolution, puisque, jusqu'à la Seconde Guerre mondiale, la mafia sicilienne privilégiait le contrôle de la société et du territoire. Le parrain est désormais un boss, ce qui va de pair avec une violence accrue.

    Qu'il s'agisse de trafic de stupéfiants, d'armes, de fausse monnaie, d'êtres humains (enfants, immigration clandestine, prostitution, etc.) ou d'espèces protégées, les organisations criminelles tirent profit de l'illégalité même de leurs trafics, qui leur permet d'organiser la rareté, d'asseoir leur monopole par la violence ou d'autres moyens sur un marché soustrait au droit, tout en laissant de simples sous-fifres assumer les risques.

    [réf. nécessaire]

      

    La majorité des fraudes aux subventions de l'Union européenne (estimée parfois à plus de 8 milliards d'euros par an) est également le fait du crime organisé, comme le détournement de l'aide au développement ou de l'aide humanitaire  [réf. nécessaire].

      

    Dans le Mezzogiorno italien, les mafias ont décuplé leurs profits dans les années 1970 grâce aux détournements de subventions de l'État italien.

      


    L'interpénétration des deux économies :

     

    Les organisations criminelles ont suivi le mouvement de mondialisation. Tout en tirant profit des frontières qui ralentissent encore les enquêtes et protégent des poursuites, l'économie criminelle prospère grâce à la déréglementation et au relâchement des contrôles (libéralisme ; absence du contrôle de l'État dans le tiers monde et l'ex-Union soviétique). L'économie de régions et de pays entiers se voit contrôlée par des organisations criminelles, qui se sont substituées à l'État, ou l'ont pénétré.

     

      

     

    Des organisations révolutionnaires glissent de la guérilla à la criminalité organisée. Les capitaux issus de l'économie illégale circulent sans entrave, tandis que les banquiers s'abritent derrière le secret bancaire.[réf. nécessaire] Elles mêlent sans difficulté les filières illicites à des activités légales, en particulier les marchés financiers, note Jean de Maillard.

     

      

     

    Blanchiment et trafics ne sauraient d'ailleurs se dérouler sans un minimum de complicité, consciente ou non, de la part des acteurs de l'économie légale. Il faut bien affréter les navires qui transportent les clandestins ou encore les avions qui transportent la drogue entre la Colombie et le nord du Mexique. Les Colombiens, rappelle Jean-François Boyer, ont ainsi acheté à La Rochelle des dizaines de catamarans.

     

      

     

    L'industriel, écrit Maillard, l'avocat, le banquier, l'assureur, le policier, le fonctionnaire qui mettent leur savoir, leur pratique ou leur pouvoir au service des mafias sont des « criminels à temps partiel ». C'est au travers de leur exercice professionnel qu'ils basculent dans la délinquance, et non pas en s'en écartant. Le chiffre d'affaires du crime rémunère toutes ces prestations indispensables. Ainsi se développe une culture de corruption qui fait vaciller toute une société.

     

    Les organisations criminelles ne se contentent pas de mettre en œuvre des activités de façade. Elles intègrent activités illégales et légales. Comme au Japon, où vingt-quatre mille affaires seraient sous contrôle yakuza [réf. nécessaire], les membres des organisations criminelles mettent leurs méthodes au service de leurs activités légales : Pino Arlacchi explique qu'ils découragent la concurrence par la violence, compriment les salaires.

     

      

     

    Leurs ressources financières occultes leur confèrent également un avantage décisif sur les concurrents.[réf. nécessaire] En Russie, 55 % du capital des entreprises privatisées appartiendraient aux membres d'une organisation criminelle. [réf. nécessaire]

     

      

     

    Activité financière :

     

    Contrairement à la criminalité individuelle ou aux simples gangs, les réseaux criminels sécrètent une forte accumulation de capitaux qui ne peuvent plus être absorbées par la seule économie criminelle. Le blanchiment de l'argent ne sert d'ailleurs pas tant à le réintégrer dans l'économie légale qu'à le soustraire aux investigations.[réf. nécessaire] Isabelle Sommier4 considère que cette nouvelle stratégie se dessine à la charnière des années 1970 et 1980.

     

      

     

    Entre 1977 et 1998, ce sont plus de mille huit cents milliards de dollars qui ont disparu des comptabilités nationales.[réf. nécessaire] L'économie légale dépend désormais de ces capitaux.[réf. nécessaire] Le système financier est en effet en quête permanente de capitaux nomades : les narco-dollars ont en quelque sorte pris la place des pétrodollars.

     

    [réf. nécessaire]

     

      

     

    Comme le montrent le cas des paradis fiscaux et des zones franches des pays industrialisés, la question criminelle et la question financière sont désormais indiscernables. Maillard pointe le cas du Japon. En refusant toute perte financière et en bloquant le recouvrement des créances, les yakuzas ont conduit à leur chute la grande maison de titres Nomura et la banque Dai Ichi.

     

      

    Il est difficile d'estimer le chiffre d'affaires d'une activité criminelle, et donc occulte, ou encore le produit criminel brut mondial. Le FMI propose pour estimer le chiffre d'affaires annuel des activités criminelles dans le monde une fourchette de 700 à 1.000 milliards de dollars, soit trois fois le budget de la France en 1996. Maillard2 estime le seul chiffre d'affaires de la drogue à 400 milliards de dollars, dont 180 servent à rémunérer les trafiquants et les professionnels de la sphère légale. Restent 220 milliards qui représentent le profit net des organisations criminelles.

      


    L'estimation est plus difficile en ce qui concerne les autres activités criminelles. Il estime néanmoins que 320 milliards de dollars de profits constitue un chiffre minimum, auquel il faut encore ajouter 160 milliards encaissés par les complices de la société légale. En outre, les revenus du crime organisé provenant de la sphère légale ne font qu'augmenter.[réf. nécessaire] Pino Arlacchi1 estime à 1 milliard de dollars par jour le montant des profits criminels injectés dans les marchés financiers du monde entier.

      


    Notes et références :
    ↑ a, b et c Pino Arlacchi, Les Hommes du déshonneur, Albin Michel, 1998
    ↑ a, b, c, d et e Jean de Maillard, Un Monde sans loi.

    La criminalité financière en images, Stock, 1998.

    ↑ Jean-François Boyer, La Guerre perdue contre la drogue, La Découverte, 2001.
    ↑ Isabelle Sommier, Les Mafias, Montchrestien, 1998.

      

    Voir aussi

    Histoire du droit
    Corruption
    Délinquance

    http://guymonsite.e-monsite.com/pages/mes-pages/organisations-criminelles/


    Bibliographie :

    Xavier Raufer,La Mafia albanaise (2000) et Le Crime organisé (2000-2003), deux ouvrages parus au PUF
    Isabelle Sommier, Les Mafias, Montchrestien, 1998.
    Paul-Loup Sulitzer, Cartel, Livre de poche, 2003.
    Jean Ziegler, Les Seigneurs du crime : les nouvelles mafias contre la démocratie, Seuil, 1998.
    Raoul Muhm , Gian Carlo Caselli, Die Rolle des Staatsanwaltes - Erfahrungen in Europa ; Il ruolo del Pubblico Ministero - Esperienze in Europa ; Le role du Magistrat du Parquet - Expériences en Europe ; The role of the Public Prosecutor - Experiences in Europe, Vecchiarelli Editore Manziana, Rome, 2005 (ISBN 88-8247-156-X)

      

    Filmographie :

    Le Parrain de Francis Ford Coppola
    Les Incorruptibles de Brian De Palma avec Kevin Costner, Sean Connery, Robert De Niro et Andy Garcia
    Les Affranchis de Martin Scorsese avec Robert De Niro et Joe Pesci et Ray Liotta
    Casino de Martin Scorsese, avec Robert De Niro, Joe Pesci
    Scarface de Brian De Palma avec Al Pacino
    Donnie Brasco de Mike Newell avec Al Pacino et Johnny Depp
    Les Infiltrés de Martin Scorsese avec Jack Nicholson, Leonardo DiCaprio et Matt Damon qui est un remake de Infernal Affairs
    Romanzo criminale de Michele Placido
    Aniki, mon frère de Takeshi Kitano
    Les Sentiers de la perdition de Sam Mendes
    Truands de Frédéric Schoendoerffer
    Les promesses de l'ombre de David Cronenberg
    Gomorra de Matteo Garrone (basé sur le livre de Roberto Saviano)

      

    Liens externes :


    (en) United Nations on Crime and Drug
    (fr) Département de Recherche sur les Menaces Criminelles Contemporaines

    (université Pantheon-Assas-Paris 2)

     

     

    « Faites entrer l'accusé - Geneviève Montillet - La Diabolique d'AntibesEnquêtes criminelles-rumeurs assassines ,faux temoignages »
    Partager via Gmail Delicious Yahoo!

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter